Portail francophone de cryptozoologie
  Autres mammifères
 
Mammouth, mastodontes:  Des mammouths ou des animaux similaires à des mastodontes ont été observés à une fréquence décroissante pendant des centaines d'années en Amérique du nord et en Asie. Il est possible que le mammouth laineux avait survécu jusqu'à une époque récente en Amérique du nord en ayant été massacré par les indigènes. Il est peu probable qu'ils existent toujours aujourd'hui.
Eléphant pygmée:  On dit qu'un éléphant beaucoup plus petit que l'éléphant de forêt vit dans la forêt humide du Congo belge. Cru d'abord comme étant une forme naine de l'éléphant de forêt, il faut y voir maintenant une espèce à part entière, Loxodonta pumilio à distinguer de Loxodonta cyclotis. L'éléphant de forêt lui-même n'est plus une sous-espèce de l'éléphant africain et ne doit plus être appelé Loxodonta africanus cyclotis
Eléphant d'eau:  Un éléphant aquatique a été signalé du Congo français. C'est peu-être un nouveau genre d'éléphant semi-aquatique ou peut-être un Platybelodonte survivant.
Eléphant de mer:  Des côtes du Gambie a été signalée une créature marine similaire à un éléphant. Il est possible que ce soit la même créature que le "trunko" observé en différents lieux comme la côte du Natal de l'Afrique, le Queensland en Australie et l'île Glacière au large de l'Alaska. Probablement le représentant d'une nouvelle forme de pachyderme adapté à l'existence marine.
Mammouths thaï:  Dans une vallée reculée de Thailand on a vu de grands éléphants à l'aspect primitif. Des photos et surtout une analyse génétique ont permis de déterminer que ce n'étaient pas des mammouths ni des stegodontes mais une population d'éléphants d'Asie présentant un atavisme pour leur pilosite, leurs défenses et le sommet de leurs têtes. Ces éléphants ne sont donc pas des cryptides
Rhinocéros des forêts congolaises:  Bien qu'officiellement il n'existe que deux espèces de rhinocéros en Afrique, le rhinocéros noir et le rhinocéros blanc vivant tous les deux au sud et à l'est, on rapporte la présence de rhinocéros dans le bassin du Congo et dans des zones de l'ouest. Ils auraient un long corps et seraient bas sur pattes, avec deux cornes d'égale longueur et des plis de peau sur les flancs comme une armure. Le Rhinoceros de Sumatra a cette caractéristique, il se pourrait que son genre ait une seconde espèce en Afrique
Emela-ntouka:  Dans la forêt humide du Congo vivrait une créature dont l'identification est floue. Cette créature a un corps trapu avec une longue et forte queue et une seule corne sur son museau; elle resemble à un dinosaure du type ceratopse. Mais les indigènes de la région appellent leurs rhinoceros aussi Emela-ntouka. Il existe en plus une statuette représentant un animal mélangeant les caractéristiques des deux sortes d'emela-ntouka avec des oreilles d'éléphant. Elle fait penser au titanophere mais ils n'ont pas de queues épaisses. L'identité de cet animal est incertaine.
Rhinocéros de Papouasie Nouvelle Guinée:  Les indigènes de cette région parlent depuis longtemps d'un cochon sauvage qui est plus grand qu'un cochon et a une corne sur le nez, il vivrait dans les montagnes. Dans ce pays on voit des indices témoignant de la présence de rhinocéros (crottin, grognements et observations d'animaux similaires à des rhinocéros), Donc la Papouasie Nouvelle Guinée pourrait héberger une espèce apparentée de près au rhinocéros de Java ou au grand rhinocéros indien.
Hippopotame de Madagascar: Un hippopotame nain a été signalé dans l'île. Comme l'espèce est continentale, on peut supposer qu'il existe une forme semi marine qui s'est séparée de l'hippopotame continental pendant des millions d'années et qui s'est adaptée à la traversée en mer.
Lamantin du lac Titicaca:  Dans le lac du Pérou a été observé un mammifère aquatique de 12 pieds de long ressemblant à un phoque ou plus probablement à un lamantin. C'est peut-être une nouvelle espèce de lamantin ou un grand phoque d'eau douce.
Rythine de Steller:  Avant était abondante dans le détroit de Bering une rythine de quelque 20 pieds de long, mais elle fut décimée moins de 50 ans après sa découverte. Quelques représentants de l'espèce ont pu survivre car des baleiniers russes en ont observés récemment et depuis d'autres observations nous sont parvenues
Rythine arctique, d'Atlantique du nord, et de l'océan Pacifique:  Ces endroits n'ont pas de siréniens, mais des êtres appelés communément sirène y ont été observés. Il est plus que probable que ce sont des rythines, le plus probablement parentes de la rythine de Steller et du dugongue, comme les lamantins vivent principalement dans l'océan Atlantique tropical.
Gazeka:  On dit qu'un grand animal ressemblant à un tapir vit dans les montagnes d'Owen Stanley de la Papouasie Nouvelle Guinée. Mais cet animal a plusieurs différences avec le tapir, il possède une queue comme celle d'un cheval, il est assez agressif, il a des griffes a ses pattes et il peut se dresser sur ses pattes postérieures. On suppose qu'il est un survivant du tapir marsupial, un diprotodonte.
Tapir de Bornéo:  Le tapir de Malaisie étend son aire de répartition à travers la péninsule malaisienne jusqu'à Sumatra, Java et Bali; mais officiellement il ne se trouve pas à Bornéo. Pourtant des rapports parviennent qui indiquent que l'espèce est présente dans la seconde plus grande île d'Indonésie.
Cochon à dos en lame de rasoire:  Dans les Everglades et d'autres régions marécageuses de Floride vivrait un grand animal carnivore ressemblant à un cochon qui possède le long de sa colonne vertébrale une série de pointes osseuses coupantes correspondant à ses vertèbres. Comme le cochon et le sanglier sont originaires de l'ancien monde, cela ne peut être qu'une nouvelle espèce de péccari.
Péccari de l'Equateur:   Des péccaris ne correspondant pas à la description des trois espèces connues ont été signalés en Equateur. Le plus certainement une nouvelle espèce.
Pukau:   Dans l'île de Bornéo, un animal porcin a été observé. On pourrait dire que le tapir de Bornéo se cache derriere cela, mais comme on ne peut pas confondre un tapir avec un cochon de grande taille, cela semble improbable. Il faudrait rapprocher cet animal plus du coté des cochons barbus de Sulawesie ou du babiroussa
Chèvres griffues:  Dans les carnets de voyages des premiers explorateurs de l'Amérique on mentionnait la présence au Texas d'une chèvre au long pelage blanc, aux cornes rouge sang et munies de trois griffes à chaque patte. Les indiens les utilisaient comme animaux de compagnie. La nature de cet animal est indéterminée à moins que les colons n'aient confondu des fourmiliers avec des chèvres, mais on se demande ce que feraient des fourmiliers au Texas.
Chèvres sauvages de Mongolie:  D'étranges chèvres venues dont on ne sait où sont devenues des attractions touristiques dans les montagnes autour de certains villages mongols. Elles ont une épaisse fourrure hirsute et des cornes torsadées. On pourrait peut-être rapprocher ces individus de la chèvre sauvage de l'Himalaya.
Le paresseux terrestre géant:  Bien que ces grands édentés soient officiellement disparus, on signalerait toujours en forêt amazonienne et en Patagonie des animaux du genre Megatherium et Mylodon, ils se présentent sous la forme de grandes créatures au poils roussâtres, de la taille d'un boeuf aux courtes pattes aux griffes puissantes dont la peau munie de nodules osseux présente une résistance aux coups de feu. Les animaux ont une forte queue. Un morceau d'une telle peau a été acquise en 1898, provenant d'une caverne près du détroit de Magélan mais des analyses ont placé sa datation à -10000ans. Dans la forêt amazonienne ont fait référence à une créature bipède dont le bas du ventre est muni d'un orifice exhalant une pestilence, c'est le Mapinguari. Bien qu'on puisse penser à un hominoïde velu en fait ont aurait affaire à une forme locale du Mylodon.
Les glyptodontes:  Le folklore des peuplades de la Patagonie et de l'Amazonie fait référence à un animal ressemblant à un tatou et possédant à l'extrémité de sa queue une masse. Des observations ont été faites jusqu'à nos jours et il est possible qu'une espèce proche du glyptodonte fossil existe toujours.
Licornes d'Amérique du sud:  Dans des grottes de Patagonie existent des scènes rupestres de chasse qui représentent divers animaux comme des cougars et des condors; y figuraient aussi des représentations de chevaux munis de cornes sur leurs fronts. Le folklore local mentionne que des licornes étaient présentes lorsque les premiers indigènes sont arrivés et qu'elles furent exterminées. Ont pourrait supposer que l'Hippidion a survécu jusqu'à l'époque historique en Amérique du sud. Ce cheval fossil a vécu il y a entre 2 millions d'années et 10000 ans, son crâne présentait dans la région nasale une pointe horizontale qui fait penser qu'il pouvait posséder un museau allongé flexible comme une courte trompe
Le quagga:  Au début du 20ème siècle les quaggas ont été définitivement exterminés en Afrique du sud, mais des rapports étaient provenus du nord est du pays et de la Namibie de l'existence d'une autre population juste avant la disparition de la première population. Il se peut que la population de ses herbivores s'était divisée en deux, division inconnue des chasseurs qui a permi la sauvegarde de cette espèce.
Licorne rayée africaine:  Dans des grottes d'Afrique du sud on a trouvé des représentations d'équidés similaires à des zèbres mais avec une corne sur le front. A Bamboesberg un spécimen vivant fut observé, il avait une robe jaunâtre aux rayures noires, il avait la morphologie du quagga mais présentait sur son front une pointe de 10 pouces de long recouverte de peau comme un andouiller. Il se peut qu'on ait une forme africaine dans le genre Hippidion qui a évolué parallèlement à la forme américaine.
Licorne du Drakensberg:  Dans la chaîne de montagne du Drakensberg en Afrique du sud on a rapporté la présence d'équidés brun foncé avec une corne sur le front. On prétend qu'ils sont éteints maintenant mais les témoignages sont persistants. Ces créatures sont agressives et détruisent des huttes et détèriorent des véhicules avec leurs cornes.
Pooka, piaste. Sur la majeure partie de l'Europe les légendes décrivent des chevaux d'eau douce au régime carnivore qui entraineraient leurs victimes sous l'eau pour les noyer. Ces dires en tant que tels n'ont pas de fondement dans la réalité, par contre ils pourraient être une mythification de la présence historique sur le continent du Dobahr-chu, une loutre géante pouvant tuer les gens en les entrainant sous l'eau.
Le kelpy et le selky.  En Irlande et en Ecosse les légendes parlent d'un équidé similaire au piaste mais au régime strictement carnivore, il attire ses victimes en imitant les pleurs d'un enfant perdu. Le selky comme le pooka vit en eau douce alors que le kelpy vit en eau de mer. Il est probable qu'on a aussi affaire à une loutre géante prédatrice; on sait que les loutres peuvent émettre un cri ressemblant aux pleurs d'un bébé.
Elan à défenses:  Parmi les chasseurs de l'état de Washington et autour court une rumeur qu'il existe une version plus puissamment battie et plus grande du Wapiti munie de défenses dans sa bouche. Les défenses sont un caractère primitif chez les cervidés donc il se peut qu'il y ait dans les populations locales de wapiti une phénomène d'atavisme faisant réapparaître ce caractère disparu.
Cervidé d'Ethiopie:  La seul espèce connue de cervidé africain est le cerf de barbarie qui vit sur la côte de Barbarie, or une autre population de cervidés a été localisée en Ethiopie, il reste à savoir si elle a un rapport ou non avec la population de Barbarie.
La gazelle de la Mer Rouge:  On a souvent vu dans les îles de Farasan dans la Mer Rouge une forme inconnue de gazelle qui possède une robe gris roussâtre. C'est visiblement une nouvelle espèce.
Cervidé tacheté de la brousse:   Le cervidé de brousse est une grosse antilope similaire à un boeuf vivant dans la forêt humide du Congo, sa robe est normalement roussâtre avec des bandes blanches, mais au Libéria on a vu sporadiquement le même animal muni des taches au lieu de rayures. C'est le plus probablement une variation inconnue de la robe au sein de l'espèce
Le Kadimakara:  Le kadimakara est un marsupial ressemblant à un lapin qui a été observé dans le désert de l'Australie centrale. Il se pourrait que ce soit une forme géante du bandicoot, lapin qui vit aussi dans la même région
Les diprotodontes:  Selon les légendes des aborigènes et les traditions des colons il se pourrait que les diprotodontes aient survécus jusqu'à maintenant dans les plaines d'Australie. Les diprotodontes étaient une famille de grands herbivores semblables à des wombats qui habitaient sur le continent il y a environ 8000 ans
Le véo:  Dans l'île Rinja et les petites îles Sunda au large de l'Asie on a signalé la présence d'un animal géant similaire à un pangolin; on dit qu'il est de la taille d'un cheval mais recouvert d'écailles. En Indonésie des os fossils de pangolins géants ont été trouvés.
La mangouste du Montana:  Une famille du Montana avait récupéré une mangouste morte que leur chien avait tuée et ramenée, son pelage était gris avec des petites bandes sur la queue et des points sur les flancs d'un gris légèrement plus sombre. Cet animal avait tué de nombreux poulets dans le voisinage sans les manger et il marquait son territoire. Il n'y a pas d'historique sur les mangoustes dans la région du moins chez l'homme blanc. L'origine de cet individu est inconnue.
Monstre du Wisconsin:  Dans la région de Hillsboro, une créature glabre avec un corps de 2 pieds de long et une queue de 9 pouces de long a été vue attaquant le chien d'un fermier; elle a été chassée. Dans le Kentucky des créatures similaires ont été observées et se révélèrent être des ratons laveurs ayant subis une mutation. Il se peut que cet individu-ci fasse partie de cette espèce
L'écureuil roi:  Un homme se promenant dans une réserve du conté de Crawford a observé dans un groupe d'écureuils arboricoles la présence d'un individu de grande taille à l'apparence de belette qui s'intégrait parfaitement bien avec le reste du groupe. Il se peut que ce soit une nouvelle espèce de martre non prédatrice ou une forme d'écureuil terrestre géant
Wi-lo-gi-yuk:  En Alaska et dans les régions arctiques avoisinantes, les légendes inuits figurent un animal de petite taille qui ressemble à la musaraigne. Il s'attaque aux grands mammifères y compris l'homme, il mord sa proie au pied ou à la cheville et lui injecte une toxine aux effets analgésiques qui lui permet de rentrer à l'intérieur du corps et de consommer à petites doses sa victime. Il se peut qu'on ait affaire à une espèce à courte queue de la musaraigne. On sait que les musaraignes ont une salive toxique pour paralyser leurs victimes, mais elles ont un régime insectivore.
Créature de l'Equateur:  Dans un magasin en Equateur un mammifère inconnu a été photographié. On a spéculé que c'était un oppossum aquatique ou yapok, mais l'animal présente apparemment plus de similitude avec une taupe. La taupe n'étant pas présente naturellement en Amérique du sud, il se peut qu'on ait ici un équivalant sud américain de la taupe argentée d'Afrique ou de la taupe marsupiale d'Australie.
Daman d'Ethiopie:  On a signalé occasionnellement de l'Ethiopie une forme inconnue de daman des rochers ne ressemblant pas aux autres espèces connues de daman.
Créature biglossale:  Dans les jungles de la Malaisie on a observé des mammifères à fourrure semblant posséder une langue bifide.
Grand oiseau:  Dans le milieu des années 1970 du Texas sont provenus des rapports au sujet d'un grand animal similaire à un oiseau mais ayant le crâne chauve, aucunes plumes et un visage de gorille. Il semble que ce soit une forme inconnue et géante de microchiroptère, la famillle des petites chauves- souris.
Les humanoïdes ailés du Brésil:  Au Brésil les légendes font référence à diverses créatures dont certaines sont des humanoïdes munis d'ailes et avec les pieds dirigés vers l'arrière. En 1950 M. et  Mme Real ont observé deux telles créatures descendre d'un arbre au sol. Ce sont probablement des formes géantes de microchiroptères car quand ces mammifères reposent au sol, leurs pattes postérieures font saillie vers l'arrière et donnent l'impression de pieds dirigés vers l'arrière.
Le camazotz:  Les légendes mayas du Guatémala, du Mexique et du Brésil font référence à une chauve-souris de la mort qui était soit disant une chauve-souris géante qui s'attaquait aux grands animaux et aux humains pour leur sucer le sang. Il se révèle qu'il existe des fossils allant jusqu'à une datation récente du Desmodus draculae, la chauve-souris vampire géante. Il se pourrait que cette espèce avait survécu jusqu'à une date historique pour avoir été observée par les maya.
Le Hik'al:  Au Mexique on croit à un démon avec des ailes et une tête de forme humaine, il est aussi nommé "homme noir" ou "coupeur de cou". Ceci pourrait être une mythification de la présence historique de l'espèce Desmodus draculae, donc un animal similaire au camazotz.
Soucouyant:  Dans l'île de Trinidad  la mythologie populaire fait aussi référence à une chauve-souris démon; le plus probablement un souvenir mythifié de la présence de la chauve-souris vampire géante.
Le tin tin:  Cest une version spécifique à l'Equateur de la légende de la chauve-souris démon, toujours en rapport avec la présence récente du Desmodus draculae.
Oiseaux de la mort éthiopiens:  Dans la grotte de Lekempti en Ethiopie vivent des chauves-souris vampires qui sont considérées comme très communes par la population et qui sortent la nuit pour se nourrir du sang du bétail et des humains. Malgrès que leur localisation soit très bien connue elles ne sont pas reconnues par la science parce que personne ne s'est soucié d'aller collecter des spécimens sur place. La zoologie considère que les seules chauves-souris vampires existantes sont sud américaines et comme aucun fossil n'est connu d'Afrique, elle considère ces créatures comme peu d'importance.
Le Guiafairo:  Au Sénégal et en Gambie une créature similaire à une chauve-souris est souvant associées à des rapports de ptérosaures. Probablement une chauve-souris frugivore non répertoriée
Le sasabonsam:  Dans les traditions ganhéennes une très étrange créature est représentée comme un démon dangereux et violent, ses sculptures la représente avec des ailes et des cornes. Cette créature ne peut avoir aucun fondement dans la réalité ou bien elle correspond à l'identification érronée d'une chauve-souris géante. Les corne sont peut-être une représentation de ses oreillards ou bien une figuration symbolique influencée par le christiannisme du trait du démon.
Hommes ailés du Vietnam:  On a rapporté du Vietnam la présence d'étres décrits comme des "hommes ailés avec des pieds tournés vers l'arrière et des oreilles pointues"; leur taille serait de trois à quatre pieds. Si cela est vrai alors on aurait une forme vraiment géante du microchiroptère
Les chauve-souris géantes des Philippines:  Des créatures similaires à celles du Vietnam ont été observées; c'est probablement la même espèce ou le même genre.
Athol:  L'athol est une chauve-souris géante fort connue à Java depuis l'époque des premiers explorateurs. Lorsque ceux ci entendaient de forts bruits de "Whoop" similaires à "a-hool" provenant de la jungle, les autochtones leurs disaient que c'était l'athol, une massive chauve-souris de la taille d'un homme. Il y a eu de nombreuses observations récentes. Si cette créature est apparentée à l'homme ailé du Vietnam, alors comment expliquer qu'il n'y ait jamais eu de rapports de chauves-souris géantes de Sumatra qui est pourtant intercalé entre ces deux contrées.
 
 
 
 
 
 

Tiré du site de l'AFRC

 
  Aujourd'hui sont déjà 2 visiteurs (40 hits) Ici!  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=