Portail francophone de cryptozoologie
  Jean Roche
 

 Interview de Jean Roche par Jean-Christophe Grelet pour Les Chroniques de JC 

Jean Roche, vous êtes l’auteur d’un livre intitulé Sauvages et Velus – Yéti, Sasquatch, Almasty, Barmanou, Bigfoot…Enquête sur des êtres que nous ne voulons pas voir (Editions Exergue), qui est sorti en 2000. Qu’est-ce qui vous prédestinait dans votre parcours personnel ou professionnel à écrire ce type d’ouvrage ?
J.R : Hergé d'abord, Bernard Heuvelmans ensuite. Et puis peu à peu l'idée que quelque chose n'allait pas. L'incognito persistant de ce que j'ai appelé HSV (Hommes Sauvages et Velus, je ne suis pas convaincu que ce soit le meilleur terme, mais il en fallait un générique, et celui-là a un peu pris), cet incognito donc est anormal, même au regard du reste de la cryptozoologie. Quand on se lance dans cette recherche, on s'imagine classiquement qu'il s'agit de régions très reculées et difficiles d'accès. On se rend compte peu à peu (et beaucoup abandonnent alors) que ce n'est pas vrai, qu'on a signalé des HSV avec insistance jusque dans des banlieues de grandes villes modernes. Aucun autre cryptide (animal visé par la cryptozoologie) ne va aussi loin. Il faut donc que quelque chose de spécifique explique cet incognito. Et puis, en accumulant les récits, je me rendais compte qu'il y a comme une névrose d'échec collective dans le dossier, pour le dire avec plus d'humour, quelque chose comme ce qui empêche chroniquement de signer des contrats que tout le monde est d'accord pour signer dans une BD célèbre, ou ce qui empêche chroniquement un grand vizir de devenir calife à la place du calife dans une autre BD célèbre. Ce quelque chose, sous des formes très diverses, tourne généralement autour de l'impossibilité, pour nous, de considérer un être qui n'est ni franchement humain, ni franchement animal. 

Dans votre livre, vous insistez sur le fait que les Hommes Sauvages et Velus (HSV), ont la faculté de vivre en marge de notre propre civilisation qui ne laisse pourtant guère de place à une quelconque forme de vie primitive. Pouvez-vous nous en dire plus ? 
J.R : Ce n'est pas qu'ils puissent subsister qui est difficile à admettre, c'est qu'ils puissent rester globalement inaperçus, ignorés par le plus grand nombre. Mais j'ai anticipé la question... 

En ce que qui vous concerne, quels sont les témoignages les plus troublants de toute l’histoire des rencontres entre les HSV et les Hominidés que nous sommes ?
J.R : Même si c'est anecdotique, d'abord, ma propre observation de traces dans la haute vallée de la Clackamas (Oregon), fin août 2001.
Et puis surtout, la version "Saga" de l'histoire de l'Homme pongoïdes. Personne n'y croyait et surtout pas Bernard Heuvelmans qui avait éreinté ce récit dans son livre. Malgré toute l'admiration que j'éprouvais pour lui, je sentais quelque part qu'il allait trop vite en besogne, que ses arguments étaient forcés, son explication alternative rocambolesque. Mon malaise a grandi quand j'ai découvert dans VSD une carte illustrant un article d'Heuvelmans et montrant des bigfoots dans la même région. Jusque là, j'enregistrais passionnément mais passivement les articles. J'ai collecté tout ce que je pouvais trouver sur Internet et je suis tombé sur une enquête de Matt Moneymaker, sur des cas multiples de jeunes cerfs tués, éventrés et étripés (littéralement, les intestins sortis), pour dégager le foie, par des bigfoots de la même région des Grands Lacs. Et puis j'ai relu la version "Saga" telle que reprise par Heuvelmans, et je suis tombé sur... un cerf étripé. On a depuis décrit bien d'autres cas d'étripages d'animaux variés par des bigfoots, yéti et autres HSV, mais l'histoire de Saga reste la plus ancienne à ma connaissance. Un des grands chocs de ma vie. A partir de là, je me suis mis à correspondre avec tous les autres passionnés, à écrire des articles, et puis ce livre. A ma satisfaction, on s'intéresse à nouveau, aux USA, à l'histoire de l'homme congelé, et à sa version américaine.
Et plus généralement, ce sont les cas, très nombreux, où on a paru tout près d'un dénouement, de l'obtention d'un HSV mort ou vif, et où, pour le dire vulgairement, ça a foiré plus ou moins lamentablement. Par exemple, une patrouille de surveillance en Russie parvient à en enfermer un (en état d'hébétude au départ) dans le coffre de sa voiture, n'arrive pas à y intéresser les autorités locales, et finit par le relâcher.
 

Pouvez-vous nous dire quels sont les éléments nouveaux qu’apporte votre ouvrage au dossier des HSV et quels sont vos conclusions personnelles sur ce sujet ? 
J.R : J'ai encore anticipé la question avec l'origine américaine de l'homme congelé et l'ambiguïté homme-animal. Egalement, une hypothèse sur ce qui peut expliquer les différences de formes de crânes non seulement parmi les HSV mais parmi les gorilles et certains hommes fossiles, voire des hommes tout court. La variabilité de cette caractéristique, parfois au sein de mêmes familles (je pense aux hommes fossiles récents du type Kow Swamp, en Australie), me fait penser que ce sont les circonstances périnatales, le fait que la tête pas encore totalement ossifiée est saisie avec plus ou moins de force au moment où elle émerge, qui font que le crâne peut être arrondi ou en pain de sucre. 

Depuis la parution de votre livre, où en sont vos travaux sur l’étude des HSV ?
J.R : J'avais aussi traduit en français celui (en anglais) de Dmitri Bayanov, Sur la piste del'homme des neiges russe, Exergue, 2001 (incidemment, c'est ce qui a permis la publication de mon propre ouvrage, refusé partout et qui dormait depuis des années, l'éditeur ayant été intéressé par l'ouvrage russe). J'ai continué à suivre un peu toutes les pistes, je me suis davantage intéressé au film de Patterson (influencé par Heuvelmans, je n'y croyais pas). Je garde un oeil sur l'homme fossile classique Homo rhodesiensis, (ou Homme de Rhodésie, ou de Broken Hill, aujourd'hui Kawbe en Zambie), dont je pense qu'il n'est pas vraiment fossile, mais je ne sais pas comment aller plus loin. Mais je suis moins engagé et moins actif, ayant à mon sens dit l'essentiel, et étant un peu découragé par le blocage. Et puis j'ai d'autres centres d'intérêt. 

Parmi les parutions récentes (en Français et en Anglais), quelles sont celles qui vous paraissent les plus importantes ?
J.R : Il y en a beaucoup d'intéressantes, mais je suis loin de tout connaître et je ne vois rien de particulièrement marquant en dehors quand même de ce qui concerne les "hobbits" de Flores. 

Préparez-vous un nouvel ouvrage ?
J.R : Sur ce sujet précis, j'en ai écrit un autre concentré sur l'Homme pongoïdes, croyant avoir un éditeur. Mais il m'a fait faux bond, et je n'ai pas vraiment essayé de placer cet ouvrage ailleurs...Sur d'autres sujets, j'en ai beaucoup, en général déjà écrits et éternellement repris.

21 Octobre 2007

 
  Aujourd'hui sont déjà 8 visiteurs (62 hits) Ici!  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=