Portail francophone de cryptozoologie
  Tatzelwurm
 
Dans les Alpes suisses, autrichiennes et bavaroises, existerait une sorte de dragon appelé Tatzelwurm ("ver à pattes" en vieil allemand).
  

1) Quelques témoignages

- L'ingénieur Hans Flucher mena une enquête sur le Tatzelwurm au début des années 1930 pour le magazine de vulgarisation scientifique Kosmos. Il obtint ainsi le témoignage de l'officier des chemins de fer en retraite Kaspar Arnold, qui observa l'animal en juillet 1883 ou 1884, sur le versant ouest du Spielberg (près de Hochfilzen, Tyrol) :

"[Arnold observa] cet animal de seulement 30 cm de longueur et épais comme l'avant-bras. Il prit une position agressive contre l'intrus, qui évita l'animal par un grand détour, et put alors l'observer pendant un bon laps de temps. Il le décrit comme ayant la forme d'un grand lézard, avec cependant une queue plus courte et beaucoup plus épaisse, avec seulement deux pattes de devant semblables à celles d'un basset; et il est sûr qu'il n'y avait pas de pattes de derrière. Peau nue ou finement écailleuse, couleur brun-verdâtre et regard perçant qui engendre la peur. Une confusion avec un autre animal de notre région n'est pas possible, car tous ceux-ci comme la loutre, le putois, la martre, etc., sont connus du témoin." (d'après Flucher 1932).

- De même, Flucher recueillit le témoignage du concierge d'hôtel Johann Biechl, qui en tant que vacher sur l'alpe du Hochfilzen dans le Rauris eut au cours de l'été 1921 l'expérience suivante, en compagnie d'un braconnier du nom de Hein :

"[...] ils entendirent à une certaine distance un chamois siffler, ce qui étonna beaucoup le braconnier, à cause d'un vent favorable. Mais bientôt il réalisa que ce n'était pas un daim, mais un autre animal qui sifflait si étrangement, et ils suivirent en cachette le bruit. Après quelque temps ils remarquèrent sur un bloc de rocher un animal qui les fixait avec "un regard terrifiant, perçant, hypnotique". Le braconnier mit en joue, le coup partit en un clin d'œil, mais l'animal bondit en un énorme arc de 3 m de hauteur et 8 m de longueur entre les deux hommes qui tournèrent les talons au plus vite. De l'avis du tireur, c'était un Tatzelwurm que notre témoin décrit comme suit : environ 60 à 80 cm de long et épais comme le bras, tête comme celle d'un chat, grosse comme le poing, sans rétrécissement du cou visible, se fondant avec une épaisseur régulière dans le corps épais et cylindrique. La queue d'épaisseur constante et assez brusquement devenant pointue "comme une carotte". Pour sûr il n'y avait sur l'animal que deux très courtes pattes antérieures dirigées vers l'extérieur, qui se décollaient nettement du corps lors du saut. La couleur de l'animal était grise, à peu près comme celle du rocher sur lequel il se tenait." (d'après Flucher 1932).

 

2) Canulars

- En 1934, un photographe du nom de Balkin affirma avoir photographié le Stollenwurm (nom donné à l'animal en Suisse) près de Meiringen. Il s'agit vraisemblablement d'un poisson en faïence (figure 1).

 
Figure 1 : le prétendu Stollenwurm de Balkin

3) Indices matériels

- Pas d'indices matériels à notre connaissance.

 

4) Analyse cryptozoologique

Plus d'une centaine de témoignages permettent de dresser le portrait-robot d'un animal long de 50 à 80 cm environ, au corps très épais ressemblant à celui d'un ver ou d'un serpent, à la peau couverte de fines écailles. La tête est plutôt ronde (elle est souvent comparé à une tête de chat), et une langue bifide a été remarquée plusieurs fois. Le cou est indistinct ("Hals nicht deutlich abgefetzt" est une expression qui revient comme un leit-motiv), se fondant dans le corps. La "queue" est épaisse et se termine brusquement. Il n'y a pas unamimité sur le nombre de pattes, mais 2/3 des témoignages font état de la seule présence de pattes antérieures très atrophiées (souvent comparées aux pattes d'un basset). Les quelques rapports sur des animaux sans pattes (une dizaine seulement) pourraient se rapporter à des serpents ou s'expliquer par les conditions d'observations (animal à moitié enfoui dans les feuilles mortes ou l'herbe). Quant aux rapports sur des animaux à 4 pattes, ils se rapportent semble-t-il à des espèces connues de lézards, de salamandres, voire de mammifères éventuellement atteints d'alopécie : loutre, martre, etc. Le Tatzelwurm au sens strict ne possède donc que des moignons de pattes antérieures, comme le montrent du reste les représentations traditionnelles les moins mythifiées que l'on possède de lui (figure 2).


Figure 2 : le Tatzelwurm représenté dans un almanach en 1841

L'animal est très redouté, car supposé venimeux, mais aucun rapport circonstancié ne le confirme.
Bernard Heuvelmans a rapproché le Tatzelwurm des reptiles anguidés (orvets), dont le Sheltopusik (Ophisaurus) des Balkans est le plus grand représentant connu.

 

5) Hypothèses alternatives

- En 1933, Jakob Nicolussi émit l'hypothèse que le Tatzelwurm est un héloderme (lézard venimeux) inconnu, qu'il décrivit sous le nom de Heloderma europaeum. C'est très invraisemblable pour des raisons zoogéographiques (les deux espèces connues d'héloderme sont nord-américaines), et deux caractères distinctifs essentiels (la présence de deux paires de pattes et le caractère venimeux de l'animal) ne sont pas prouvés.

- Il a aussi été suggéré que le Tatzelwurm pourrait être un batracien inconnu, mais la langue bifide, si elle est avérée, désigne clairement un reptile.

- L'observation déficiente d'animaux connus (lézards, salamandres, mammifères) a été avancée, mais elle ne peut rendre compte que d'une minorité de témoignages.

 

6) Pour en savoir plus

Anonyme
1982 Zurückblättert. Kosmos, n° 10 : 90.
1990 ... was ein Tatzelwurm ist ? Bild am Sonntag : 76 (08 April).

ALPENBURG, Johann Nepomuk, Ritter von
1857 Mythen und Sagen Tirols. Zürich, Meyer und Zeller : 372-380.

BARLOY, Jean-Jacques
1985 Les survivants de l'ombre. Paris, Arthaud : 193-196.

BERGER, François
1988 Tatzelwurm ! Construire (Zurich), n° 16 : 8 (avril).

CORDIER, Umberto
1986 Guida ai draghi e mostri in Italia. Milano, Sugar Co. Edizioni : 172-174.

DALLA TORRE, K. W. von
1887 Die Drachensage in Alpengebiet. Zeitschrift des Deutschen und Österreichischen Alpenvereins, 18 : 208-226.

DOBLHOFF, Joseph, Freiherr von
1895 Altes und Neues vom "Tatzelwurm". Zeitschrift für Österreichische Volkskunde, 1 [n°
5-6] : 142-163.
1895 Zur Sage vom Tatzelwurm. Ibid., 1 [n°
8-9] : 261-265.

DÜBI, Heinrich
1939-1940 Von Drachen und Stollenwürmen. Archives Suisses des Traditions Populaires, 37 : 151-164.

FLUCHER, Hans
1931 Zur Frage : gibt es einen Tatzelwurm ?
Kosmos : 118-121 (April).
1932 Noch einmal die Tatzelwurmfrage. Ibid. : 66-68, 100-102.
1932 Und abermals vom Tatezlwurm. Der Schlern, 13 : 497-508.

FREKSA, Friedrich
1935 Der Tatzelwurm wiedergesichtet ? Die Woche (Berlin),
37 [n° 13] : 374-376 (30 März).

GROSS, Klaus
1983 Der Tatzelwurm — eine Eidechse ? Kosmos : 8 (Mai).

HARDY, Georges
1969 Le Tatzelwurm. Tribune de Genève (28 novembre).
1970 Portrait-robot. Ibid. (06 février).
1970 Cherchez le Tatzelwurm ! Ibid. (13 mars).

HARTMANN, H.
1910 Berner Oberland in Sage und Geschichte. Bumpliz, Verlag der Buch- und Kunstdruckerei Benteli
A-G : 30-31.

HAUSER, Bernd
1988 Le fracassant retour du Tatzelwurm. Musées de Genève, n° 287 : 8-12 (juillet-août).

HEUVELMANS, Bernard
1955 Sur la piste des bêtes ignorées. Paris, Plon.

JANVIER, Philippe
1973 Le monde des reptiles. Paris, Albin Michel : 262-263.

KOHLRUSCH, C.
1854 Schweizerisches Sagenbuch. Leipzig, R. Hoffmann : 47-49, 170.

LANG, Pierre
1985 Connaissez-vous le Tatzelwurm ? Le Matin (Lausanne) (12 mai).

LEY, Willy
1938 Un animal inconnu dans les Alpes. La Nature : 366-367 (01 juin).
1952 The lungfish, the dodo and the unicorn. New York, Viking Press : 131-135.

MAGIN, Ulrich
1986 European dragons : the Tatzelwurm. Pursuit,
19 [n° 1] : 16-22 (first quarter).
1993 Trolle, Yetis und Tatzelwürmer. München, Beck'sche Reihe : 69-82.

MEURGER, Michel
1982 Monstres des lacs du Québec. Montréal, Stanké : 272-279.

MEUSBURGER, Karl
1928 Etwas vom Tazzelwurm. Der Schlern, 9 : 189-190.
1931 Etwas vom Tatzelwurm. Ibid., 12 : 458-479 (Dezember).
1934 Neue Beiträge zur Tatzelwurmfrage. Ibid., 15 : 64-85.

MÜLLER, François
1983 Chasses à l'ours, poissons énormes. Lausanne, Editions 24 Heures.

NICOLUSSI, Jakob
1933 Der Tatzelwurm und seine Verwandschaft. Der Schlern, 14 : 119-127 (März).

PLANITZ, Ada von der
1928 Zum Tazzelwurm.
Der Schlern, 9 : 288.

REIBEGG, Ivo R. Putzer von
1928 In Sache "Tazzelwurm".
Der Schlern, 9 : 287-288.

RUDOLF, Hans
1935 Razzia auf den Tatzelwurm. Berliner Illustrierte Zeitung, n° 16 : 553-558 ; n° 17 : 601-604.

SCHÖNHERR, Luis
1991 The Tatzelwurm — mythical animal or reality ? Pursuit, 22
[n° 1] : 6-10 (Spring).

STEINBÖCK, Otto
1934 Der Tatzelwurm und die Wissenschaft. Der Schlern, 15 : 453-468.

STUDER, Samuel
1814 Über die Insekten in dieser Gegend und etwas vom Stollenwurm. In : Franz Niklaus KÖNIG, Reise in die Alpen, Bern, chez l'auteur : 127-139.

TRAFOJER, Ambrosius
1934 Wolf, Bär und Tatzelwurm auf dem Tschögglberg. Der Schlern, 15 : 226-227.
1953 Man weiss jetzt auch, was er frisst — der Tatzelwurm. Der Schlern : 132.

TSCHUDI, Friedrich von
1861 Das Thierleben der Alpenwelt. Leipzig, J. J. Weber : 152.

VENZMER, Gerhard
1930 Ein Tier, von dem man nicht weiss ob es existiert. Kosmos : 424-427 (Dezember).

WAGNER, Johann Jacob
???? Historia naturalis Helvetiae curiosa. Tiguri, Impensis Johanni Henrici Lindinneri : 241-254.

WYSS, Johann Rudolf
1817 Voyage dans l'Oberland bernois. Berne, J. J. Bourgdorfer : 18-20.

 

ARTICLE TROUVE SUR LE SITE L'INSTITUT VIRTUEL DE CRYPTOZOOLOGIE

 
  Aujourd'hui sont déjà 2 visiteurs (47 hits) Ici!  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=