Portail francophone de cryptozoologie
  Thylacine
 

Vocabulaire
Le mot thylacine vient du grcque thylacos: sac de cuire. Cet animal n'ayant pas été un cryptide dans le passé a un le nom Thylacinus cynocephalus attribué par C.J. Temminck en 1824. On l'appel aussi loup marsupial; dans l'ouest de l'Australie on l'appel tigre Nannup, à Victoria, monstre Wonthaggi, tigre Ozenkadnook; on a aussi tigre Tassie, Waldagi.

Apparence physique
Grand animal marsupial similaire à un chien d'une longueur d'environ 3 pieds 6 pouces - 4 pieds 6 pouces avec une hauteur au garrot de 2 pieds et un poid de 65 - 75 livres. La tète est grosse avec une énorme machoire qui possède un angle très large d'ouverture, les oreilles sont petites et arrondies. Les jambes sont courtes, la queue de 2 pieds de long est raide et éfilée. Le visage est gris avec des marques blanches autour des yeux, le corps va du brun jaunatre au brun grisatre avec sur le dos, la croupe et la queue une succession de bandes verticales brun-noir au nombre de treize à dix neuf. Des individus dépourvus de bandes ou entièrement noirs auraient été vus dans l'ouest de l'Australie.

 Les traces montrent quatre orteils dirigés vers l'extérieur avec des griffes visibles, sur les traces antérieures le cinquième orteil peut ètre visible. Dans la marche les pas sont placés en ligne

Comportement
Le loup marsupial est un animal discret et secrét qui a en général des mœurs nocturnes. Il se déplaces par bonds gracieux mais on l'aurait vu se dresser sur ses pattes de derrière et sauter comme un kangourou lors d'une menace. En tant normal il ne produit pas de son mais il fait un double japement quand il chasse, un grognement profond quand il est irrité, il peut gémir. Il se nourrit de wallabies, de petits animaux et d'oiseaux, il pourait s'attaquer au bétail

Répartition géographique
Sur la Tasmanie les observations actuelles se concentrent dans le nord est de l'ile, sur le continent australien ses zones de prédilection sur au sud ouest dans la chaine de Darling, au sud de Murray Bridge au mont Gambier et au sud est de Victoria de Lang Lang au lac Victoria.

Observations
On pense que le thylacine s'est éteint en Australie dans son milieu naturel entre l'an 1000 et 1788, il n'a pas supporté la pression sélective engendrée par la concurence des dingos importés sur le continent il y a environ 8000 ans. Une population persista en Tasmanie jusqu'en 1824 ou du fait de l'élevage des moutons on le considéra comme un nuisible et on le chassa sans pitié. La date officielle de l'extinction de l'espèce est 1936 à la suite de la mort du dernier spécimen en captivité au zoo de Hobart en Tasmanie. En mai 1937 pourtant, des traces et un groupe de thylacines sont discrètement observés en Tasmanie par Ray Marthick.

-En décembre 1947 B. Thorpe et A. Woolley ont observé un thylacine poursuivre un wallabie à moins de 20 yards d'eux dans le sud ouest de la tasmanie. deans l'ile 315 observations ont été documentées don't 103 de bonnes de 1936 à 1980. Pour le continent australien avant 1994 on estime le nombre de rapports à 500.

-En 1955, des journalistes inventèrent le terme "monstre Wonthaggi" pour désigner un prédateur inconnu qui tuait les moutons locaux alors que des gens commençaient à voire des animaux similaires à des thylacines dans le région de Wonthaggi, sud de Victoria.

-Dans la zone frontalière entre l'Australie du sud et Victoria dans la période de 1962 à 1965 il y a eu une épidémie de rapports qui se centraient dans le districte de Wimmera de Victoria; Rilla Martin prit en 1964 la photo d'un supposé Thylacine caché dans la végétation, l'image montre un animal ressemblant à un thylacine à l'exception que des rayures lui couvraient le cou et les épaules.

-Barbara Adams et ses quatres enfants ont observé un 1er novembre 1974 deux chiots marsupiaux jouer près de Frances, Australie du sud; ils faisaient environ un pied de haut, étaient de couleur sable avec des marques sombres sur le dos.

-Le 9 mars 1982, le naturaliste Hans Naarding observa un thylacine adulte pendant trois minutes sous la pluie de l'arrière de son véhicule tout terrain près des sources de la rivière Salmon, Tasmanie. Lorsqu'il voulut prendre son appareil photo l'animal s'en alla sans laisser de traces derrière lui à part une forte odeur musquée. En Janvier 1984 dans l'ouest de l'Australie, Kevin Cameron prit soit disant six photos d'un thylacine assis sur un rondin à 30 pieds de lui, mais cela se prouva ètre par la suite un canular car son récit était incohérent et les images étant manquantes de la bobine.

-En 1986, Turk Porteous vit dans le nord ouest de la Tasmanie a vu une femelle gris bleuatre avec seize bandes foncés bien caractéristiques, après avoir suivi ses traces, il trouva les traces de deux petits.

-Au printemps de 1995, alors qu'ils roulaient sur les pentes sud de la foret de Buderim dans le Queensland, le dentiste Lance Mesh et sa fille virent un thylacine depuis leur véhicule.

-En Tasmanie on a entrepris plusieures campagnes de recherche visant à se procurer un spécimen mais elles ont échoué les unes après les autres  bien que les observations on continué à affluer régulièrement( David Fleay en 1945, Eric Guiler en 1959 et 1963, Jeremy Griffish en 1968, Steven en 1980 et Nick Mooney en 1982). A défaut de pouvoir mettre la main sur un spécimen vivant, on peut essayer de reconstituer l'espèce par la biotechnologie, Le museum australien réalisa en mai 2000 une extraction d'ADN d'un chiot thylacine conservé dans l'alcool depuis 1866, et ouvrit un débat sur la possibilité d'un clonage dans un futur proche avec le progret de la biologie, mais mème si cet acte était réalisable techniquement, on ne ferait que produire un individu isolé à un ou plusieurs exemplaires, incapables de se reproduire.

Explication
A coté de la survivance possible de l'espèce en Australie et en Tasmanie, on peut donner d'autres explication à certains témoignages. Pour les observations de traces, on peut confondre les traces du Wombat et les traces du diable de Tasmanie (Sarcophilus harrisii) avec celles du thylacine sous des mauvaises conditions. Des dingos ou des chiens domestiques féraux pouraient expliquer certains témoignages. Enfin, si on ne met pas en doute la présence actuelle de l'animal sur le continent australien on peut se poser des question sur l'existence d'une population il y a quelques siècles avant que ne soit décimée à cause des dingos, car dans la tradition aborigène il n'y a pratiquement aucune mythologie en rapport avec cet animal.

ARTICLE TROUVE SUR LE SITE DE L'AFRC

 
  Aujourd'hui sont déjà 2 visiteurs (43 hits) Ici!  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=